Le parti des Verts suédois ne veut pas (trop) d’hommes

Le parti des Verts suédois ne veut pas (trop) d’hommes

Partagez

Mardi 18 mars 2014. On ne plaisante pas en Suède avec le principe d’égalité homme-femme ni d’ailleurs avec aucun principe d’égalité. Et même si le modèle suédois est considéré dans le monde comme un exemple en matière d’égalité des droits entre les deux sexes, il y aurait encore beaucoup à faire.

Ainsi, à Västerås, au cours de leur rencontre annuelle qui vient de se tenir, la branche jeune du parti Ecologie suédois (Miljö Parti) a voté une nouvelle règle disposant que ses deux porte-paroles ne peuvent être que des femmes. Cette nouvelle disposition vise à « renforcer la présence des groupes sous-représentés en politique », selon Anders Paulsson, un des porte-paroles tout fraîchement élus.

Mais comment Anders Paulsson, un homme, a-t-il pu être élu compte tenu de la nouvelle règle ? Parce que le nouveau règlement précise que les porte-paroles ne peuvent être que des femmes ou des transgenres et pas des « cis män ». Un « cis man » est, selon les Jeunes Verts, « un homme biologique qui se définit également comme un homme ». Or Anders Paulsson est une femme biologique qui se définit comme un homme et à ce titre peut être une des deux porte-paroles.

Cette règle favorise donc non seulement la présence des femmes dans la vie politique mais aussi celle des transgenres.

Il s’agit d’une première selon Les Jeunes Verts suédois qui espèrent que cette formule se répandra largement.

On pourrait considérer que ce parti politique pratique une discrimination à l’encontre des hommes pour qui l’accès à certains postes leur serait fermé. Ce qui contredit le principe même d’égalité entre les hommes et les femmes. Peut-être que la règle pourrait aller plus loin en précisant que pour être porte-parole, il faut non seulement être femme ou transgenre mais aussi d’origine étrangère, les Suédois issus de l’immigration étant largement sous-représentés en politique.

Cela devient compliqué pour la génération des jeunes Suédois pour qui le principe d’égalité homme femme paraît être une évidence. Ce combat leur semble dépassé et d’arrière garde. 45% des députés suédois sont des femmes tout comme 13 des 24 ministres que compte le gouvernement.  Ce n’est pas encore l’égalité parfaite mais le principe est assez solidement ancré dans les esprits pour éviter les règles du genre de celles qui viennent d’être prises par le parti des jeunes écologistes.

Si celles-ci venaient à s’étendre, elles risqueraient de devenir sérieusement discriminatoires vis à vis de toute une génération de jeunes hommes suédois au profit des femmes, des transgenres et plus tard, pourquoi pas, de toutes les minorités qui revendiqueraient un accès privilégié (discrimination positive) aux meilleurs emplois.

France : représentation des femmes en politique
- députées : 26,9 % (2012)
- sénatrices : 22,1% (2011)
- maires : 13,8% (2008)
- conseillères générales : 13,9% (2011)
- conseillères régionales : 48% (2010)
- conseillères municipales : 35% (2008)
- députées françaises au Parlement européen : 44,4% (2009)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *