De plus en plus de mendiants dans les rues de Suède

De plus en plus de mendiants dans les rues de Suède

Partagez
Actualités politiques De plus en plus d'Européens de l'Est mendient dans les rues des villes suédoises
De plus en plus d’Européens de l’Est mendient dans les rues des villes suédoises

Lundi 28 avril 2014. Alors que la Suède était jusqu’alors plutôt épargnée par la mendicité, de plus en plus d’Européens venant principalement des pays d’Europe de l’Est comme la Roumanie ou la Bulgarie. mendient dans les rues des villes suédoises.

Ce phénomène ne se limite bien sûr pas à la Suède. De nombreux roumains en France vivent de mendicité et font régulièrement l’objet de reconduite à la frontière. Le démantèlement de leurs camps ordonnés à l’automne 2013 par l’ancien ministre de l’intérieur Manuel Valls, avaient ému mais aussi rendu populaire celui qui allait devenir Premier ministre

Selon la Commission européenne, trois millions de Roumains et de Bulgares vivaient dans les différents Etats de l’Union européenne avant le 1er janvier 2014, date à laquelle les travailleurs de Roumanie et Bulgarie peuvent librement circuler à l’intérieur de l’Europe.

Ce chiffre n’a pas beaucoup bougé depuis car les immigrants de ces Etats sont sortis dès 2007 de leurs pays qui ont rejoint l’Union européenne cette année-là.

Le problème qui se pose aujourd’hui en Europe est celui des immigrés sans travail, souvent d’origine rom, dont il est difficile d’évaluer leur nombre. A la veille des élections européennes, le débat est lancé dans plusieurs pays européens.

En Suède, la question qu’on se pose est de savoir comment l’Europe peut réagir quand plusieurs de ses Etats membres ne sont pas capables de prendre soin de leurs propres populations, ou si elle peut accepter que des citoyens européens n’aient pas d’autre solutions que de mendier à travers l’Union pour survivre.

Faut-il alors interdire la mendicité qui est légale en Suède ? Elle n’est interdite dans ce pays que si elle est forcée mais la mendicité en bandes organisées n’est pas illégale.

Faut-il tenter d’intégrer les Roms issus d’une culture nomade ? Manuel Valls avait répondu qu’ils avaient vocation à rentrer en Roumanie.

Quand les ressources financières manquent et que la crise frappe, il est difficile pour les gouvernements et les collectivités locales d’investir dans l’amélioration des conditions d’accueil des populations roms. Des fonds européens (Fonds social européen) existent pour aider les Etats membres à leur intégration mais ils ne sont pas toujours sollicités et parfois mal utilisés.

La difficulté du sujet est d’autant plus grande que les chiffres manquent. Combien de Roms circulent en Europe ? De quoi vivent-ils vraiment ? Combien sont-ils à mendier ? Peut-on les lier à la délinquance ? Comment sont utilisées les aides financières qui leur sont destinées ? Comment sont utilisés les fonds européens en Roumanie et en Bulgarie ?

Autant de questions dont les réponses pourraient servir de base sérieuse à la recherche de solutions pour les Roms et pour les autres citoyens européens.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *