Bruxelles : lancement de l’Institut européen de Paix, une initiative suédoise

Bruxelles : lancement de l’Institut européen de Paix, une initiative suédoise

Partagez
Actualités politiques Bruxelles, 12 mai. Lancement officiel de l'Institut européen de Paix, une initiative de la Suède et de la Finlande
Bruxelles, 12 mai. Lancement officiel de l’Institut européen de Paix, une initiative de la Suède et de la Finlande.

Lundi 12 mai 2014. Au lendemain de la célébration de la fin de la seconde guerre mondiale – conflit le plus meurtrier de l’histoire de l’humanité – et en pleine crise ukrainienne, l’Institut européen de Paix (European Institute for Peace, EIP) est officiellement lancé aujourd’hui à Bruxelles où neuf ministres européens des Affaires étrangères, dont celui de la Suisse qui ne fait pas partie de l’Union européenne, se réunissent pour la création de cette nouvelle institution.

Celle-ci, dont les locaux se trouvent dans la capitale belge, devrait permettre de donner des moyens d’améliorer les capacités de l’Union européenne à intervenir dans la résolution des conflits et le maintien de la paix dans le monde.

L’Institut européen de Paix est un organe indépendant et financé en grande partie par les Etats participants. Afin de garantir autonomie et sa crédibilité, son organisation est largement calquée sur celle de l’Institut des Etats-Unis pour la paix fondé en 1984 par le Congrès américain,

Si l’Institut européen de Paix devrait conserver une grande indépendance vis à vis des institutions et des gouvernements européens, il devrait néanmoins coopérer étroitement avec eux. Instrument de médiation, plate-forme informelle offrant la souplesse et la réactivité nécessaires, ce nouvel organe – dont l’idée a été lancée en 2010 par la Suède et la Finlande – permettrait de compléter les canaux officiels et pourrait être utilisé dans les situations où les services extérieurs de l’Union européenne ne peuvent intervenir pour des raisons politiques.

Alors que l’Union européenne a été reconnue pour ses actions en faveur de la paix en se voyant décerner le prix Nobel de la paix en 2012, elle peine à définir et mettre en oeuvre une politique extérieure commune. Les Affaires étrangères sont un des domaines les moins intégrés de l’Union européenne et il n’existe pas de politiques étrangères européennes, chaque Etat conservant une totale souveraineté dans ses actions diplomatiques.

Le traité de Maastricht a pourtant créé en 1992 la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), mais les décisions y sont prises à l’unanimité et les divergences sont nombreuses entre États atlantistes ou non atlantistes, États neutres, anciennes puissances coloniales ou encore anciens États satellites de l’URSS.

La France, tout comme l’Allemagne, ne participe pas l’Institut européen de Paix même si certains hommes politiques français y étaient favorables, comme l’eurodéputé Alain Lamassoure qui a travaillé à la création de cet institut avec les gouvernements suédois et finlandais.

États participant à l’Institut européen de Paix : Belgique, Espagne, Finlande, Italie, Hongrie, Luxembourg, Pologne, Suède et Suisse.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *