Crise ukrainienne : le nord de l’Europe se réarme

Crise ukrainienne : le nord de l’Europe se réarme

Partagez
Actualités politiques Actualités La Suède a été le premier européen à annoncer une augmentation de son budget militaire, face à la crise ukrainienne
Actualités La Suède a été le premier européen à annoncer une augmentation de son budget militaire, face à la crise ukrainienne

Mardi 13 mai 2014. Alors que l’Institut européen de Paix vient d’être officiellement lancé hier à Bruxelles par neuf États européens, on constate pourtant, face à la crise ukrainienne, un réarmement en cours en Europe.

La Suède, membre de ce nouvel institut, a été le premier pays européen à annoncer une augmentation pour les dix prochaines années de son budget consacré à la Défense dès le mois de mars, lorsque la Russie déployait des troupes en Crimée pour, selon elle, y assurer la protection de la population russe.

Quant à la Pologne, elle a décidé d’acquérir dès 2016, soit avec deux ans d’avance sur le calendrier, différents types de drones militaires.

La Finlande, les pays baltes, la Pologne et la Suède, proches géographiquement de la Russie, avaient déjà demandé sans résultat, à la fin de l’année 2013, une réorientation de la politique de défense européenne alors que leur voisin russe multipliait les survols et opérations aériennes et renforçait ses forces militaires en zone arctique.

Les États du nord de l’Europe sont plus inquiets des conséquences de la crise ukrainienne que les autres pays à l’ouest ou au sud de l’Europe. Ainsi, la France a-t-elle décidé de finaliser la vente de deux porte-hélicoptères à la Russie et de ré-examiner sa position à l’automne prochain, une fois la première livraison faite.

Cette différence d’approche entre Etats du nord et du sud de l’Europe pourrait néanmoins disparaître si la Russie intervenait dans d’autres régions de l’Ukraine avec des conséquences économiques et commerciales conséquentes pour les industriels de l’armement. La France et la Suède, pays producteurs d’armes pourraient alors en tirer partie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *