Forum sur la migration et le développement :
140 pays réunis à Stockholm

Forum sur la migration et le développement :
140 pays réunis à Stockholm

Partagez
Actualités politiques économiques Ban Kim-moon, en présence de la princesse Victoria de Suède, au Forum sur la migration et le développement qui se tient à Stockholm les 14 et 15 mai.
Ban Kim-moon, en présence de la princesse Victoria de Suède, au Forum sur la migration et le développement qui se tient à Stockholm les 14 et 15 mai.

Mercredi 14 mai 2014. Les questions portant sur l’immigration sont dans de nombreux Etats européens, un sujet majeur de la campagne électorale des prochaines élections européennes, et les partis populistes en tirent bénéfice.

En France, le Front national devance tous les autres partis avec 25% des intentions de vote selon les derniers sondages. En Suède, les Démocrates de Suède (Sverigedemokraterna) dépassent les petits partis et recueilleraient 8% des votes aux élections européennes.

C’est dans ce contexte que se tient aujourd’hui et jusqu’au 16 mai à Stockholm, le Forum international sur la migration et le développement qui réunit ministres et membres de la société civile de 140 pays. Les participants débattront des questions liées aux migrations des populations dans le monde et ses conséquences sur le développement.

À l’ouverture du Forum, en présence du secrétaire général des Nations Unies Ban Kim-moon et de la princesse Victoria de Suède, le Premier ministre suédois a rappelé les effets positifs de la migration des populations sur l’ouverture des esprits, la tolérance et le développement, notamment en Europe où la libre circulation des citoyens à l’intérieur de l’Union européenne est un facteur essentiel de paix et de croissance.

La Suède a été un pays d’émigrants au 19ème et 20ème siècle. 1,3 million de Suédois ont tenté une nouvelle vie aux Etats-Unis et seulement un cinquième d’entre eux est retourné en Suède. Aujourd’hui quatre millions d’Américains se réclament de descendance suédoise affectant ainsi positivement les relations entre les deux pays.

C’est maintenant au tour de la Suède d’accueillir les populations en quête d’une meilleure vie. Après les Finlandais, les Yougoslaves et les Turcs dans les années 60-70, ce sont en 2013, 20 000 émigrants de Thaïlande, Syrie, Inde, Chine et Iran qui sont arrivés en Suède pour s’y établir et travailler dans l’agriculture, les nouvelles technologies, la restauration, les métiers de services ou de santé.

La France n’a jamais été un pays d’émigration mais d’immigration provenant essentiellement, jusque dans les années 70, d’Algérie, du Maroc, d’Italie, du Portugal et d’Espagne pour ensuite se diversifier avec l’arrivée de Turcs, Chinois et d’autres Etats membres de l’Union européenne. En 2011, la France comptait 3,8 millions d’étrangers sur son territoire (soit 5,8% de sa population contre 6,6% en Suède avec 622 000 étrangers, chiffres INSEE).

En 2011, 33,3 millions d’étrangers vivaient dans l’Union européenne, soit 6,6% de la population totale et 84 000 personnes de nationalité essentiellement afghane, somalienne ou irakienne ont été accueillies au titre de réfugié par un des Etats membres de l’Union.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *