Air France-KLM et SAS
Sortie de nuages ?

Air France-KLM et SAS
Sortie de nuages ?

Partagez

AFKLSASLundi 8 septembre 2014. Les deux groupes Air France-KLM et SAS ont publié les chiffres de leur trafic du mois d’août. Le groupe franco-hollandais a annoncé aujourd’hui une augmentation de 2,1% du nombre de passagers transportés par rapport à la même période de l’année dernière, avec 7,3 millions de passagers. La croissance la plus forte a été observée en Asie avec + 5,4% et un taux d’occupation de 92,2%, ce qui revient à dire que les avions sont pleins à craquer.

Pour SAS, avec 2,9 millions en août 2014, le nombre de passagers transportés a augmenté de 9% avec un taux d’occupation de 82,9%, soit une hausse de 2,4%. Là aussi, il reste peu de sièges vides sur les vols de la compagnie scandinave.

Ces chiffres reflètent la tendance mondiale : partout, le nombre de passagers augmente sauf en Afrique, une région qui connaît même un recul du trafic (-2,7% en juin). L’IATA ne voit pas non plus de signes indiquant qu’il pourrait y avoir un inversement de cette tendance.

Ce sont de solides chiffres de trafic que présentent Air France-KLM et SAS. Pourtant, les deux groupes restent fragiles.

Air France-KLM termine une phase de restructuration lancée en 2012 qui a permis au groupe de réduire ses coûts et sa dette. Il reste pourtant deux foyers importants de perte. L’activité moyen-courrier très exposée à la concurrence des compagnies low-cost et le cargo.

Alors qu’Air France s’apprête à annoncer mercredi 11 septembre une réorganisation de cette activité, les trois syndicats de pilotes ont lancé un préavis de grève. Ils craignent un alignement à terme des conditions de travail et de rémunération sur la compagnie low-cost du groupe, transavia.

En ce qui concerne le cargo, un secteur également très concurrentiel, le groupe a annoncé un recentrage de l’activité sur le transport de fret dans les soutes des avions passagers plutôt que par avions tout cargo. De ces derniers, il n’en restera que quatre.

Quant à SAS, si le nombre de passagers augmente, la recette unitaire baisse fortement avec  – 11,8% en juillet ! Le groupe scandinave a pourtant largement taillé dans les coûts avec – 9% depuis la grave crise de la fin 2012 – mais a pourtant encore affiché 800 millions de couronnes (90 millions d’euros) de pertes au printemps dernier.

La direction de SAS annonce des réductions de coûts supplémentaires cet automne qui approcheront le milliard de couronnes et d’autres changements qui permettront d’améliorer le résultat de 1 milliard de couronnes (110 millions d’euros) en 2015.

Comme Air France-KLM, SAS est sévèrement attaquée sur son marché moyen-courrier par les compagnies low-cost. Mais à la différence du groupe franco-hollandais, SAS ne dispose que d’un tout petit réseau long-courrier qui est très loin de pouvoir compenser les pertes du moyen-courrier. Et si petit qu’il soit, ce réseau est également concurrencé par les compagnies du Golfe et Turkish Airlines. De plus il s’articule autour de trois aéroports, Oslo, Copenhague et Stockholm, ce qui ne manque pas de compliquer davantage sa rationalisation.

Si Air France-KLM doit faire face à des pilotes frondeurs et à des coûts d’exploitation encore trop élevés, le groupe dispose néanmoins – contrairement à SAS – d’avantages immenses : un vaste réseau, une taille critique, une place géographique centrale en Europe, un marché intérieur (la France) et une marque (Air France) très forte qui lui permettront de survivre et de rester un acteur majeur du transport aérien. Espérons que SAS puisse trouver une voie lui permettant de continuer d’exister.

Sources :

communiqué de presse Air France-KLM / trafic août 2014

communiqué de presse SAS / trafic août 2014

Journal Svenska Dagbladet / interview du président du groupe SAS Rickard Gustafson,  8-9-2014

IATA, croissance du trafic aérien mondial, juillet 2014

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *