Désignation de hauts responsables de l’Union europénne
Satisfaction de la France et de la Suède

Désignation de hauts responsables de l’Union europénne
Satisfaction de la France et de la Suède

Partagez
France Suède Union européenne actualités La France et la Suède sont satisfaites de la nomination du Polonais Tusk et de l'Italienne Mogherini.
Nomination de Tusk et Mogherini France et Suède satisfaites

Lundi 1er septembre 2014. Le Conseil européen du 30 août a désigné un homme et une femme pour succéder à Herman Van Rompuy et Catherine Ashton, respectivement président du Conseil européen depuis 2010 et Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité depuis 2009.

Ainsi, Donald Tusk, actuel chef du gouvernement polonais, prendra ses fonctions à la tête du Conseil européen le 1er décembre prochain et Federika Mogherini, ministre des Affaires étrangères italienne, représentera l’Union européenne sur les questions d’affaires étrangères et de sécurité avec l’arrivée de la nouvelle Commission européenne en novembre 2014.

Le consensus a été rapidement trouvé entre les 28 chefs d’Etat et de gouvernement réunis à Bruxelles et les débats « n’ont duré que quelques minutes », selon le président français François Hollande.

Le choix est le fruit d’un laborieux équilibre politique, social, géographique et historique. La présidence du Conseil européen sera tenue par un homme, issu d’un Etat récemment membre de l’Union, à la tête d’un gouvernement économiquement libéral – mais peu ouvert sur les questions sociétales comme le mariage pour les personnes de même sexe, le droit à l’avortement ou à l’euthanasie – dont les performances économiques figurent parmi les meilleures de l’Union.

La Haute représentante de l’Union sera une femme, jeune ministre des Affaires étrangères d’un des six pays fondateurs de l’Union, méditerranéen, et d’un gouvernement social-démocrate.

La France et la Suède se disent satisfaites de ces deux nominations soutenues et défendues par l’Allemagne de plus en plus puissante dans les instances de décision européennes.

La France salue la nomination de Donald Tusk, un homme politique aguerri, expérimenté, ancien responsable du mouvement Solidarnosc et chef d’un gouvernement d’un pays historiquement allié de la France. Et celle de Federika Mogherini, une candidature que Paris a toujours soutenue.

La Suède, par la voix de son Premier ministre Frederik Reinfeldt, apprécie la désignation à un poste clé de l’Union un représentant d’un Etat de la « nouvelle Europe », la Pologne avec laquelle la Suède a tissé des liens importants. Le ministre des Affaires étrangères suédois, Carl Bildt, soutient le choix de Federica Mogherini comme Haute représentante, un poste stratégique selon lui, pour défendre une politique de défense et de sécurité commune. Le ministre suédois appelle de ses voeux la recherche de mécanismes capables de définir et mettre en oeuvre une stratégie de défense commune européenne alors que la crise russo-ukrainienne a montré le jeu solitaire de certains Etats de l’Union.

En dehors des questions de politique étrangère, et conformément à la volonté française, la situation économique dégradée de l’Union e été soulevée au cours de la réunion du Conseil qui a décidé de prévoir trois prochaines rencontres à ce sujet afin d’élaborer une stratégie et demander à la nouvelle Commission de préparer des propositions.

La France, soutenue sur ce dossier par l’Italie qui assure la présidence tournante de l’Union, a ainsi pu faire entendre sa voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *