Reconnaissance de l’Etat palestinien
La France suivra-t-elle la Suède ?

Reconnaissance de l’Etat palestinien
La France suivra-t-elle la Suède ?

Partagez
France Suède actualités La Suède pourrait reconnaître la Suède. Critique d'Israël et des USA et polémique intérieure. La France suivra-t-elle ?
Stefan Löfven, au cours de sa déclaration de politique générale devant le Parlement suédois, a révélé que la Suède allait reconnaître l’Etat palestinien

Mardi 7 octobre 2014. La déclaration de politique générale faite par le nouveau Premier ministre suédois devant les députés du Parlement n’est pas passé inaperçue à l’étranger. Ni en Suède d’ailleurs. C’est que Stefan Löfven, très attendu par les Suédois sur la question sensible de la fiscalité, a déclaré que la Suède allait reconnaître l’Etat palestinien. A peine nommé, le Premier ministre suédois essuie déjà des critiques à l’extérieur comme à l’intérieur du pays.

Le gouvernement israélien a immédiatement réagi en faisant part de sa déception. Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a convoqué l’ambassadeur de Suède à Tel Aviv, Carl Magnus Nesser, reçu hier pour recevoir une protestation officielle.

Les Etats-Unis ont de leur côté critiqué la démarche du nouveau gouvernement suédois et estimé que la reconnaissance de l’Etat palestinien était à ce stade prématurée. Jennifer Psaki, porte-paolre du département d’Etat américain a ainsi déclaré que si les Etats-Unis soutenaient le principe d’un Etat palestinien, celui-ci devait toutefois résultait d’une « solution négociée » et de « reconnaissance mutuelle » entre la Palestine et Israël.

La France, prudente, s’est alignée sur la position américaine.  » La paix passe par des négociations », a répondu le porte parole du ministère des Affaires étrangères français, Romain Nadal. La France reconnaît toutefois qu’il « faudrait bien, à un moment, que la communauté internationale reconnaisse l’Etat palestinien ». Une reconnaissance française n’est donc pas d’actualité.

Sans surprise, l’Union européenne, par la voix de son Service pour l’action extérieure, n’a pas réagi à l’annonce suédoise. Toute concentrée sur les auditions des prochains Commissaires, dont celle aujourd’hui de Frederica Mogherini, future Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères, elle a pourtant eu le temps de souhaiter via Twitter un bon Aïd Al-Adha aux Musulmans, et avec quelques jours d’avance une bonne fête de Kippour aux Juifs.

En Suède, la déclaration de Stefan Löfven a soulevé les critiques de certains députés de la nouvelle opposition. Annicka Engbom, parlementaire du Parti des Modérés, a ainsi saisi la Commission des lois fondamentales sur la reconnaissance de l’Etat palestinien par la Suède. Elle estime que cet acte important doit être discuté et validé par voie parlementaire selon la constitution du pays. Non, a répondu la nouvelle ministre des Affaires étrangères suédoise, Margot Wallström, pour qui cette décision est un décret ne relevant pas du Parlement. Ce décret doit cependant être pris en Conseil des ministres, à une date qui n’a pas pu être indiquée.

Interrogée sur la radio nationale suédoise SR, Margot Wallström, a indiqué qu’elle s’attendait aux critiques qu’allait susciter la décision de reconnaître l’Etat palestinien, mais a précisé que « 130 pays l’avaient déjà fait ».

Le gouvernement précédent dirigé par Fredrik Reinfeldt à la tête d’une alliance de droite, avait une position plus favorable à Israel. Si la Suède avait voté contre l’entrée à l’UNESCO de la Palestine en 2011, elle avait l’année suivante voté pour le statut d’observateur de ce pays à l’ONU.

Etats de l’Union européenne reconnaissant officiellement l’Etat palestinien :
Bulgarie, Chypre, Hongrie, Malte, Pologne, République tchèque, Roumanie, Slovaquie.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *