France Suède Otages au Mali
S. Lazerevic libéré
Johan Gustafsson, Suédois encore prisonnier

Partagez
La Suède est restée très discrète sur le sort de Johan Gustafsson, Suédois toujours en otage au Mali alors que la libération de Serge Lazarevic aurait pu réveiller l'opinion publique

La Suède est restée très discrète sur le sort de Johan Gustafsson, Suédois toujours en otage au Mali

Jeudi 11 décembre 2014. La France entière s’est réjouie du retour hier de Serge Lazarevic, dernier Français retenu en otage dans le monde, du moins de façon connue, enlevé et détenu au Mali depuis trois ans par l’organisation islamiste Aqmi. Alors qu’on s’interroge en France sur les conditions qui ont permis sa libération, trois otages étrangers sont encore retenus au Mali, dont Johan Gustafsson, un Suédois, enlevé avec d’autres compagnons de voyage, à Tombouctou, le 21 novembre 2011. 

Serge Lazarevic avait été enlevé dans un hôtel au nord du Mali le 24 novembre 2011 par AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) – listée comme organisation terroriste dans plusieurs pays dont les Etats-Unis – avec Philippe Verdon, tous deux travaillant pour une entreprise malienne. Philippe Verdon a été décapité en mars dernier, en représailles à l’intervention de militaires français dans le nord du Mali.

Trois jours plus tard, six autres étrangers étaient pris en otage au Mali par la même organisation, dont trois sont encore détenus. Un Britannique, Stephen Malcolm qui possède également la nationalité sud-africaine, un Néerlandais, Sjaak Rijke, et un Suédois, Johan Gustafsson dont on est sans nouvelles depuis 2013 quand il est apparu dans une vidéo tournée par Aqmi.

La nouvelle de la libération de l’otage français a à peine rappelé aux Suédois qu’un des leurs est toujours retenu comme otage au Mali. La presse, les organisations de la société civile ou encore les acteurs politiques sont très discrets, voire silencieux sur l’enlèvement et la détention de Johan Gustafsson. Un silence dont on a du mal à comprendre la raison quand on voit le battage médiatique, les appels à la libération ou les différentes actions menées par de très nombreuses personnalités suédoises du monde politique, de la culture ou du spectacle en faveur de Dawit Isaak, un journaliste suédois-Erythréen, emprisonné en Erythrée par les autorités locales en 2001 pour le contenu de ses articles, et toujours en prison.

Serge Lazarevic aujourd’hui libéré pourra peut-être livrer des informations sur le sort de Johan Gustafsson.

La Suède, comme l’a rappelé le président français, François Hollande, au cours du dîner offert en l’honneur du couple royal suédois en visite officielle à Paris, s’est engagée au Mali, aux côtés de la France. En effet, des militaires suédois (officiers, depuis l’été 2014 des militaires du rang) participent aux missions de la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali), une mission, dont le chef d’Etat major est français, créée en 2013 par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU pour notamment stabiliser la situation, protéger les civils et défendre les droits de l’homme au Mali.

Les sources :

Les Forces armées suédoises (Försvarmakten myndigheten)

L’Elysée

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *