Suède, économie, crédit
Le Suédois H&M
et la Française La Redoute sanctionnés

Suède, économie, crédit
Le Suédois H&M
et la Française La Redoute sanctionnés

Partagez
Le Suédois H&M et la Française La Redoute ont été sanctionnés en Suède pour ne pas avoir respecté les règles concernant l'octroi de crédits aux clients
Le Suédois H&M et la Française La Redoute ont été sanctionnés en Suède pour ne pas avoir respecté les règles concernant l’octroi de crédits aux clients

Lundi 8 décembre 2014. Mauvaise nouvelle pour quelques unes des plus grandes enseignes française et suédoise de l’habillement. Alors que les Suédois s’apprêtent à effectuer leurs achats à l’approche des fêtes de Noël, l’Agence de la consommation suédoise (Konsumentverket), administration publique sous l’autorité du ministère de la Justice, annonce aujourd’hui imposer des sanctions à H&M et à La Redoute. La chaîne de prêt à porter suédoise est en effet condamnée à payer une amende de huit millions de couronnes (880 000 euros) tandis que le distributeur français perd son droit d’accorder des crédits à ses clients en Suède.

L’Agence de la consommation suédoise (Konsumentverket) frappe fort en prenant des sanctions contre des marques d’habillement emblématiques en Suède et en France en raison du laxisme dont ces deux sociétés auraient fait preuve dans les crédits financiers qu’elles accordent à leurs clients. Si H&M est frappée d’une amende de huit millions de couronnes, soit 720 000 euros, une somme très raisonnable compte tenu du chiffre d’affaires du groupe, La Redoute est plus durement sanctionnée. Non seulement l’enseigne française de vente à distance soit s’acquitter d’une amende de cinq millions de couronnes (550 000 euros), mais perd en outre le privilège d’accorder des crédits financiers à ses clients suédois.

Le processus d’octroi de crédits des deux sociétés, après enquête, fait preuve de trop de négligence selon l’Agence de la consommation. Ainsi celle-ci reproche à H&M de ne pas s’appuyer sur des éléments suffisamment solides pour s’assurer que le candidat à l’emprunt ait la capacité financière pour assurer le remboursement. Quant à La Redoute, selon l’Agence de la consommation qui a observé des manquements graves aux obligations de vérifications de la solvabilité de l’emprunteur, elle accorderait des crédits avec encore plus de légèreté. A tel point que l’Agence de la Consommation « n’a pas eu d’autre choix que d’interdire La Redoute d’accorder des crédits ». La Redoute, qui a trois semaines pour faire appel, a pourtant fait savoir que les pertes liées au non recouvrement de ses crédits étaient à un « niveau stable et faible ».

Au mois de novembre dernier, l’Agence de la consommation, pour la première fois, avait interdit Grandvik, société spécialisée dans le crédit rapide, d’accorder certains prêts financiers et avait sanctionné une autre société de crédit, Förskottslön, en lui imposant une amende pour ne pas avoir respecté toutes les règles en vigueur, comme le contrôle des revenus, les dettes et les différentes charges qui pèsent sur le candidat emprunteur.

Depuis la deuxième moitié des années 1990, la dette des ménages suédois s’accroît plus vite que leurs revenus ce qui entraîne aujourd’hui un niveau record du rapport dette/revenu disponible. Selon l’Agence nationale de recouvrement suédoise (Kronofogden, en charge de recouvrir les créances non payées), 400 000 Suédois ont des difficultés à rembourser leurs crédits et le nombre de dossiers déposés pour un aménagement de dette a augmenté de 13% entre 2013 et 2014, même si le nombre d’impayés des crédits rapides à la consommation a baissé de 8% en 2013.

Plus globalement, afin de limiter l’endettement des Suédois, Stefan Ingves, le gouverneur de la Banque de Suède (Sveriges Riksbank) plaide pour une obligation faite aux emprunteurs d’amortir les prêts hypothécaires. En effet, une large partie des Suédois (40% environ) acquièrent leurs biens immobiliers avec l’aide d’un prêt bancaire dont ils ne payent que les intérêts sans jamais rembourser le capital.

En France, la Banque de France a publié aujourd’hui un rapport sur le surendettement des ménages français. En 2013, plus de 230 000 dossiers ont été déposés auprès des commissions de surendettement. Près de 90% des cas de surendettement sont liés aux crédits à la consommation, tels que ceux visés par l’Agence de la consommation suédoise.

Les sources :

Agence de la consommation suédoise (Konsumentverket)

Agence de recouvrement suédoise (Kronofogden)

Banque de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *