Suède
Interdiction des écoles religieuses

Suède
Interdiction des écoles religieuses

Partagez

Politique et culture en Suède : interdiction des écoles religieuses. Un bras d'honneur à la démocratie.Mardi 13 mars 20108.  Les élections générales approchent en Suède. Les deux partis au pouvoir, les sociaux-démocrates,31%, alliés au parti écologiste, 6,86% des voix mais la moitié des ministres sont membres de ce parti, partent en campagne et à la pêche aux voies. La bataille va être dure pour tous les partis traditionnels tant ils ont déçu les électeurs.

Cette semaine, le parti social-démocrate a frappé fort. Il proposera dans son projet électoral d’interdire les établissements scolaires religieux, avec tout de même une exception pour les établissements juifs qui bénéficieront d’une exception. Les raisons données par ce parti sont 1) que les écoles doivent être dirigées par des professionnels de l’enseignement, des pédagogues et non pas par des femmes et hommes d’église, 2) que les élèves doivent bénéficier d’une instruction scientifique, à l’abri de tout dogme, 3) qu’une distinction faite entre les élèves du fait de la religion ou du genre est en contradiction avec les valeurs fondamentales suédoises.

Cette proposition interpelle au royaume de la démocratie :

  1. Le fait même d’interdire des écoles confessionnelles est contraire à toute logique démocratique. Les élèves des établissements chrétiens suivent les mêmes cours que ceux des établissements publics et laïcs. Le contenu de ces cours est contrôlé et validé par les autorités publiques compétentes. Les élèves peuvent mais n’ont aucune obligation de suivre une instruction religieuse en dehors des cours traditionnels. Comment une démocratie peut-elle interdire de tels établissements ? Une démocratie peut éventuellement décider de subventionner ou de ne pas soutenir des écoles religieuses, mais pas les interdire.
  2. Le parti social-démocrate par cette interdiction veut combattre les idées et les pratiques contraires aux valeurs démocratiques de la Suède, comme par exemple des classes séparées pour les filles et les garçons. Pourtant c’est ce même parti qui à la tête de nombreuses communes suédoises qui autorise et promeut le concept d’heures d’utilisation différentes pour les femmes et les hommes dans les piscines municipales au prétexte de ne pas heurter certaines communautés culturelles. Comment le parti social-démocrate peut-il vouloir en même temps interdire et accepter des pratiques culturelles différentes ?
  3. Dans la proposition du parti-social démocrate, les écoles juives ne sont pas concernées par cette interdiction, elles resteront ouvertes et continueront d’être protégées par la loi. Les raisons données sont a) la Suède garantit la protection des minorités b) les écoles juives ne présentent aucun trait religieux qui les distinguent des autres établissements publics et laïcs. On se pose alors les questions suivantes. Les musulmans ou les chrétiens pratiquants dans une société sécularisée ne font-ils pas également parti des minorités à protéger ? Si les écoles juives ne présentent aucune caractéristique religieuse, pourquoi sont-elles appelées écoles juives ? L’adjectif juif renvoie forcément à la religion et certainement pas à une identité laïque.

Mais gageons que le chef du parti social-démocrate et charismatique Premier ministre suédois, Stefan Löfven, saura nous convaincre du bien-fondé de cette proposition d’interdiction et de sa pertinence au regard du fameux modèle suédois de la démocratie.

Pierre Ducleau-Holberg
pierre.ducleauholberg@franskacompaniet.com

Le site du parti social-démocrate suédois (socialdemokraterna) et sa proposition électorale