Västerås
un fief de la social-démocratie

Västerås
un fief de la social-démocratie

Partagez

Suède, Sverige, Västerås, Culture, Kultur, Politique, Politik, EconomieVendredi 2 mars 2018.  En France, le modèle suédois est très souvent cité comme un exemple de société. Sur les questions de démocratie, de liberté, d’égalité, d’avancées sociales ou encore environnementales, la social-démocratie suédoise est la référence, le modèle à reproduire ou du moins le modèle exemplaire qui permet souvent aux femmes et aux hommes politiques français de justifier leurs projets de réforme.

En Suède, le parti social-démocrate est le premier parti du pays. Il a été au pouvoir presque sans aucune discontinuité depuis les années 1920 jusqu’à nos jours, avec quelques parenthèses notamment entre 2006 et 2014. Mais au niveau régional, ce parti a toujours été à la tête de certaines communes, comme par exemple dans le nord de la Suède où ne pas être social-démocrate est considéré comme anormal.

Ce manque d’alternance politique, au royaume de la démocratie, paraît suspect. Comment un parti politique peut-il sortir indemne dans l’exercice continu du pouvoir ? Une alternance politique régulière n’est-elle pas un critère définissant une démocratie ? Pas en Suède, où chacun de ses citoyens est persuadé d’appartenir à une des démocraties les plus avancées du monde.

A Västerås, la 7ème ville du pays avec 120 000 habitants, le parti social-démocrate (Socialdemokraterna, S) tient les rênes de la commune depuis la nuit des temps. Allié à d’autres petits partis comme par exemple les Verts (Miljöpartiet, M) et le parti du centre (Centerpartiet, C), il dirige la ville depuis le début des années 1900 jusqu’à aujourd’hui, sans interruption et sans que personne ne s’en étonne. A chaque élection, le parti social-démocrate arrive en tête.

Avec près de 10 000 salariés, la ville (la « kommun ») de Västerås est le premier employeur local. 10% de la population de la commune est employée dans les services municipaux !  Dans une région où le taux de chômage (9,1 %) est plus élevé que la moyenne nationale (7,5%), il n’est pas étonnant que le plus important pourvoyeur d’emplois, c’est à dire la commune avec son personnel politique, n’ait pas trop de difficultés à recueillir les voix de ses administrés, élections après élections. Dans d’autres parties du monde, on appelle cela du clientélisme. En Suède, c’est le modèle suédois de démocratie.

Chiffres clés de Västerås :

Regionfakta

Ekonomifakta

Historique des résultats aux élections municipales Västerås 1919-2014

Orthistoria